Dernière mise à jour:
20 août 2011

Protocole de citation de cette page
 
Introduction à la communication

Théorie(s) de la communication
Le modèle cybernétique

© 2011 Dr. Guy Spielmann

      Les premières tentatives de théoriser la communication de façon globale—c'est-à-dire sans référence spécifique au langage—sont récentes, et proviennent de mathématiciens. En 1945, Claude Shannon et Warren Weaver (fondateur de la cybernétique) ont proposé un premier modèle qui s'inspire de la transmission des messages par le télégraphe.

     Ce modèle est devenu la base à partir de laquelle les théoriciens allaient bâtir la science de la communication. C'est volontairement ici que la «source d'information» et «destination» remplacent le locuteur et l'interlocuteur humains de la linguistique. Ultérieurement, on a créé les termes d'«émetteur» et de «récepteur», qui continuent d'éviter l'anthopomorphisme.
     Les notions mécaniques de «transmetteur» et de «receveur», en revanche, ont été abstraites pour introduire celle de code, c'est-à-dire, du système signifiant qui est utilisé pour donner forme au message. L'envoi et la réception se manifestent donc par les opérations d'encodage et de décodage, qui au départ étaient considérées comme deux réalisation inverses d'un même processus.
     Finalement, on a ajouté le canal, le moyen par lequel la transmission du message s'effectue, et l'environnement, par quoi l'on désigne l'ensemble des circonstances entourant l'acte communicatif.
     Le principal défaut du modèle de Shannon résidait dans son caractère unilatéral, dû sans doute à la notion erronnée de la «passivité» du récepteur (qui est pourtant loin d'avoir disparu). Il fallait donc compléter le modèle pour en faire une boucle, au moyen d'une rétroaction (feedback) du récepteur sur l'émetteur.